Faune et flore du Canal entre Champagne et Bourgogne

Faune et flore du Canal entre Champagne et Bourgogne

11 août 2020 0 Par Jackfrom52

Article par Joël Clément, Maire de la commune

Sur les 1500 mètres entre l’écluse 27 de Brethenay et le pont canal de Condes se succèdent 6 ouvrages imposés par le passage au plus court afin de recouper la vaste boucle de la Marne à Condes.

  • L’écluse de Brethenay
  • Le petit pont canal sur le Bonnevaux
  • L’écluse de Condes
  • Le Tunnel de Condes
  • le pont canal sur la Marne
  • le Pont Levis

le visiteur gagnera aussi à s’écarter de sa ballade sur le chemin de halage, de quelques centaines de mètres en direction de Chaumont, afin de mériter le joli panorama sur le Château de Condes et son parc arboré (hêtres pourpres, cèdres du Liban, platanes géants… )


Sur le Plan faunistique, l’omniprésence de l’eau explique les rencontres avec plusieurs hôtes de ces lieux. D’abord le Héron cendré péchant, sur les berges du canal.

Héron cendré

Ensuite le Martin-Pêcheur évoluant alternativement entre Marne , Canal, Bonnevaux et nichant dans les berges de la Marne.

Martin-pêcheur

Le Cincle-Plongeur est très attiré par les ponts où il accroche son vaste nid de mousse. les rebords inférieurs du pont canal abritent constamment plusieurs nids d’où les jeunes sortent et se jettent à l’eau.

Cincle plongeur

Le cours du canal accueille dès le printemps le vol rapide saccadé rasant du Chevalier Guignette dont on soupçonne la nidification sur les galets de la Marne voisine.

Chevalier Guignette

En période migratoire, le Balbuzard Pêcheur est couramment observé chassant sur la canal, les poissons morts ou en surface, ainsi que les grands cormorans en saison hivernale au grand dam des pêcheurs.

La Bergeronnette des ruisseaux, très jaune, est également omniprésente aux abords du pont canal qui abrite ses nids.

Bergeronnette des ruisseaux

Anecdotiquement, une petite colonie d’Hirondelles de rivage se reproduit dans les trous du pont sur la D200.

Hirondelles de rivage

Si le canal accueille et nourrit de nombreuses espèces il est aussi un redoutable piège pour les grands animaux , notamment chevreuils et sangliers, sur le tronçon maçonné et à pic entre écluse et tunnel de Condes.
Tombés à l’eau à la période du rut essentiellement, ils sont condamnés. Las de retirer des cadavres , le Maire de Condes a demandé et obtenu de VNF la pose d’un pan incliné baignant dans l’eau du canal juste en amont de l’ecluse de Condes. un second serait le bienvenu. Mais déjà, les résultats sont spectaculaires.

Concernant la flore, ce milieu très anthropisé ne présente pas spécifiquement d’espèces remarquables. La végétation est en revanche exubérante avec l’eau permanente.
Les berges du canal sont fauchées tardivement afin de respecter au maximum la vie de cette ripisylve.
Les toupets blancs de la Reine des près (ou spirée ulmaire) sont omniprésents sur ces berges, accompagnés d’une vigoureuse pousse de Sureau yèble dressant eux, des fruits noirs… et toxiques!

Sureau yèble

La prèle est également bien visible.
Une curiosité botanique sur le terre-plein du tunnel coté Chaumont : quelques faux pistachiers (Staphylea Pinnata) offrant leurs capsules de fruits comestibles en automne.

Faux Pitachier

`
A noter l’extrême richesse des fossés latéraux , peu impactés par la présence humaine.

Joël Clément